Auteur : Anonymes Genre : Mots-clés : ,
Année :

Jeune femme brillante et aimée de ses proches, elle entre à l’âge de 20 ans au monastère de l’Incarnation d’Avila. Elle y prend le nom de Thérèse de Jésus et découvre dans la prière silencieuse (oraison) le lieu de l’amitié et de l’intimité avec le Christ. Fondatrice de nombreux couvents après qu’elle eut réformé l’ordre du carmel, elle connut de 1515 à sa mort, de nombreux états mystiques, visions, extases telle que la transverbération (1559). Ces expériences nourrissent son livre « les demeures de l’âme » où elle décrit la vie mystique depuis ses débuts jusqu’à l’union du mariage spirituel. Thérèse s’absorbe en son amour qui n’a besoin, ni de prière, ni de lecture et un soir une inondation de joie la saisit; et quand elle fut endormie, un océan de joie l’inondait, c’était une extase.

Quelque chose d’insinuant et doux; elle se demandait si ce songe étrange n’était point un avertissement; elle n’a qu’à descendre en elle-même, qu’a creuser son âme et la certitude vient; ce n’est pas le sentiment d’une présence individuelle, c’est une sorte d’enveloppement aussi vague et informe que celui d’une eau la baignant ou d’une lumière diffuse matériellement sentie; pourtant il est rare, incertain, trompe son espoir; mais l’espoir suffit qu’il puisse revenir encore et elle vit jour après jour, le cherchant au fond de son âme; frémissant déjà de pressentir que viendra son impalpable et sereine invasion.

Ce fut d’abord à peine comme un allégement, une sensation fuyante de légèreté; puis tout d’un coup, une suavité dilata sa poitrine; c’était comme une inondation si soudaine que le coeur semblait prêt à se rompre; ses yeux ne voyaient plus; alors la joie l’enveloppe, étreignit ses sens; puis tout s’éfface; mais quelque chose d’inconnu lui demeurait : une sensation d’allégresse, une dilatation d’amour.

L’innéfable la pénétrait, ne faisait plus qu’un avec elle; parfois, elle chancelait sous sa violence; cet amour l’envahissait à flot égal comme une mer qui sans cesse gagne du rivage, ne lui laissait plus rien d’elle-même; quelque chose en elle se dissolvait délicieusement jusque dans sa propre matière; elle sentait une profection toute puissante l’enserrer à jamais sans pouvoir s’y soustraire; l’impulsion de la volonté divine chassait sa propre volonté; elle ne pouvait que lui offrir sa soumission et sa passivité radieuse; il lui arrivait de connaître un tel délice, et une telle crainte que ce délice cessât, qu’elle versait malgré elle des larmes et que la gorge étranglait, elle ne savait plus si elle souffrait ou si elle défaillait de joie. …

 

Télécharger (ZIP)

 

 

   

 

 

Cette page a été consultée (1477) fois

  • Votre aide est Importante…

    Vous appréciez ce site
    et voulez le soutenir ?

    Vous pouvez contribuer en faisant un don via Paypal.

    Avec tout mon Amour... Merci !


    $ CAD
    € EUR