Auteur : Noémie Vialard Genre : , Mots-clés : , ,
Année :
Parfumer les plats que je cuisine avec passion ou transcender gaiement un aliment tout simple me conduit à m’entourer de plantes aromatiques. Je les cultive en pots, au jardin ou sur la terrasse, pour les avoir à portée de main. Un simple rebord de fenêtre permet d’assouvir ses envies de verdure, de varier son alimentation en découvrant le plaisir des cueillettes.

Je cultive de bonnes classiques, comme le persil ou l’aneth, mais j’adore dégotter une jolie menthe ou un basilic étrange chez un pépiniériste collectionneur, lors d’une fête de plantes. Car c’est un attrait de la culture des belles et bonnes : on peut acheter un godet pour trois francs six sous sur le marché, en jardinerie, chez un pépiniériste. On peut se faire plaisir avec un plant ou deux. Il est aisé ensuite de leur trouver une place. j’aime y mêler quelques fleurs qui se mangent. Capucines, bourrache, soucis, pensées … Leurs couleurs apportent de la fantaisie et quelques pétales mélangés à une salade étonnent mes invités.

Je n’ai jamais aucun souci avec la culture de mes plantes condimentaires car, comme a écrit Colette : «On ne fait bien que ce qu’on aime», et j’aime ces plantes qui me fascinent par leurs saveurs et leurs parfums, leur histoire, leur symbolique et les aventures des hommes qui parcourent le monde à leur recherche.

Mon jardin d’herbes en pots, facile à organiser, est mon réservoir de vitamines. Je n’oublie jamais ce dicton qui voyage à travers les siècles sans vieillir : «Qui a de la sauge dans son jardin ne voit jamais le médecin.» Noémie Vialard …

 

Télécharger (ZIP)

 

 

   

 

 

Cette page a été consultée (1923) fois

  • Votre aide est Importante…

    Vous appréciez ce site
    et voulez le soutenir ?

    Vous pouvez contribuer en faisant un don via Paypal.

    Avec tout mon Amour... Merci !


    $ CAD
    € EUR