Auteur : J. Français Genre : Mots-clés : ,
Année :

Précis historique Suivi des Documents officiels, des Textes principaux et d’un Procès inédit

Ce livre est sorti de la même pensée que l’Eglise et la Science; il s’est inspiré des mêmes méthodes doublées de la même sincérité.

Le sujet était particulièrement difficile et l’auteur ne sati que trop ce qui lui manquait pour le traiter comme il l’eût voulu, Il lui eût fallu être la fois historien, théologien, juriste et médecin. C’est de la pathologie mentale que relève la grande sorcellerie, la sorcellerie épidémique décrite dans ces pages. À ce point de vue, l’histoire de ce mal étrange est une mine inépuisable et encore bien peu exploitée. Mais pour rester dans le plan de cet ouvrage, c’est aux rapports, trop peu connus des historiens officiels, entre l’Eglise et la sorcellerie que l’on a dû s’attacher l’Eglise se laissant imposer par le peuple des superstitions qu’elle avait d’abord condamnées, puis les imposant à son tour aux esprits éclairés et, de ce chef, pendant trois siècles, multipliant dans l’Europe entière les supplices et les bûchers. Nous disons l’Eglise, bien qu’on nous ait reproché, de divers c8tés, de ne pas dire simplement hiérarchie ou le clergé. Les fidèles, ici comme dans la lutte contre la science, étaient en effet pénétrés des mêmes sentiments que le clergé; bien plus, c’est d’eux que le clergé les tenait tout d’abord. Il ne semble pas que l’on puisse les séparer l’un de l’autre, si ce n’est que le peuple était moins éclairé et moins conscient.

Il s’agira uniquement ici de la Sorcellerie et non des Possessions, qui exigeraient une étude spéciale. Les théologiens ont sagement distingué les deux ‘ choses et la psychiatrie a eu parfois -le tort de les confondre. Ce sont deux formes pathologiques distinctes, entre lesquelles la lycanthropie, où la personnalité est déjà fortement altérée, sert de transition.

L’histoire de la Sorcellerie apparait ainsi comme un des épisodes les plus significatifs de la lutte antiscientifique entreprise par l’Eglise. Rien ne saurait mettre en un meilleur jour l’affirmation de Spencer, que l’on pourrait aisément étendre de la médecine à la science tout entière « Elle s’est constituée contre le prêtre et malgré le prêtre. »

Nous devons remercier ici notre éditeur, M. Noufry, de l’obligeance avec laquelle il a mis à notre disposition sa riche bibliothèque et nous a communiqué des ouvrages rares et des notes manuscrites. …

 

Télécharger (ZIP)

 

 

   

 

 

Cette page a été consultée (2350) fois

  • Votre aide est Importante…

    Vous appréciez ce site
    et voulez le soutenir ?

    Vous pouvez contribuer en faisant un don via Paypal.

    Avec tout mon Amour... Merci !


    $ CAD
    € EUR