Auteur : Alejandro Jodorowsky Genre : Mots-clés :
Année :

Personne ne sait qui créa le Tarot, ni où, ni quand.

Personne ne sait ce que ce mot signifie ni à quelle langue il appartient.

On ne sait pas non plus s’il est à l’origine du jeu de cartes ou s’il n’est que l’aboutissement d’une lente évolution qui aurait commencé par la création d’un jeu appelé naïbbe (cartes) et auquel seraient venus s’ajouter au cours des ans les ARCANES MAJEURS et les FIGURES.

Premier point de repère certain, l’interdiction en 1376 à Berne, du jeu de cartes. En 1392, il est dit dans les minutes de Charles Peupart, trésorier de Charles VI, qu’on a payé 56 sols à Jacquemin Gringonneur de Paris, pour peindre trois jeux de cartes en doré. Mais cela ne veut pas dire que Gringonneur ait inventé le Tarot…

En 1377, un moine allemand – Johannes – mentionne un jeu de cartes qu’il aurait vu en Suisse. En Espagne, on signale l’apparition du jeu de cartes dès 1378.

En 1457, Saint Antoine, dans son  » Traité de théologie  » fait référence au Tarot. Et en 1500, un manuscrit latin –  » Sermones de ludo cum aliis  » – contient la liste des ARCANES MAJEURS.

Jusqu’au XVIIIe siècle, le Tarot est assimilé à un jeu de hasard et son sens profond passe inaperçu. On en copie les dessins, on les transforme, on les mutile, on les enjolive ; les ornant des portraits de nobles , on les met au service des fastes de la cour. Mais en 1781, l’auteur français Court de Gébelin redécouvre le Tarot (de Marseille) et le présente dans le neuvième volume de son  » Monde primitif « . Ajoutant un zéro au Mat, se trompant dans les numéros de l’Hermite et de la Tempérance ajoutant un pied à la table du Bateleur, transformant le sceptre du Pape, dessinant le Pendu debout, etc., il prétend ainsi corriger les  » erreurs  » de l’original et, ignorant ses inexactitudes, donne au Tarot une origine purement inventée : les 22 LAMES MAJEURES seraient des hiéroglyphes appartenant au  » livre de Toth  » sauvé des ruines des temples égyptiens il y a plus de mille ans…

Dix années plus tard, un devin à la mode, le barbier Eteilla  » restaure  » la  » signification  » du Tarot de Marseille et établit entre ses Lames fantaisistes de non moins fantaisistes relations avec l’Astrologie et la Kabbale. Et depuis, des milliers de livres auront été écrits démontrant que le Tarot prend sa source chez les Égyptiens, les Chaldéens, les Hébreux, les Arabes, les hindous, les Grecs, les Chinois, les Mayas, les Extraterrestres, les Suprahumains, quand on n’évoque pas l’Atlantide ou Adam lui-même susceptible d’en avoir dessiné les premières esquisses ! Le mot TAROT serait égyptien (TAR : chemin ; RO, ROS, ROB : royal), indo-tartare (TAN-TARA : zodiaque), hébreu (TORA : loi), latin (ROTA : roue ; ORAT : il parle), sanscrit (TAT : le tout ; TAR-O : étoile fixe), chinois (TAO), etc. …

 

Télécharger (ZIP)

 

 

   

 

 

Cette page a été consultée (2763) fois

  • Votre aide est Importante…

    Vous appréciez ce site
    et voulez le soutenir ?

    Vous pouvez contribuer en faisant un don via Paypal.

    Avec tout mon Amour... Merci !


    $ CAD
    € EUR