Auteur : Rudolf Steiner Genre : , Mots-clés :
Année :

9 conférences faites à Dornach du 19 janvier au 10 février 1924

I. — L’Anthroposophie, aspiration humaine du présent. Deux énigmes de l’âme: l’homme ne peut approcher la nature sans se laisser annihiler par elle, la nature ne peut approcher l’âme humaine qu’en devenant image illusoire. — Les réponses traditionnelles des sciences, art et religion ne suffisent plus. — L’Anthroposophie veut donner une réponse nouvelle.

II. — La conscience méditative. Action destructrice de la nature sur le corps physique. — Les forces constitutives du corps physique proviennent d’un autre monde. — Similitude du corps humain avec la nature dans l’absorption et le rejet des substances naturelles mais opposition pour les processus de transformation intermédiaires. — Parenté des processus intérieurs de l’organisme humain avec des états antérieurs de la terre. — Ces états antérieurs terrestres peuvent être observés par la méditation. — Essence de la méditation. — Perception en soi et dans l’évolution du temps de l’éthérique et de l’astral.

III. — Le passage du savoir courant à la connaissance initiatique. Le rapport de l’homme avec les étoiles et avec le monde doit entrer dans la conscience. — La tâche de l’Anthroposophie. — Deux portes conduisant dans le monde suprasensible: la porte du Soleil et celle de la Lune. — Lune et Soleil vus par la science spirituelle; leur rapport avec le passé, l’avenir, le destin de l’homme. — Personnalités impressionnant notre raison, et d’autres agissant sur la volonté révèlent des rapports karmiques.

IV. — La pensée renforcée et l’homme second. Le processus respiratoire et l’homme aérien. Impossibilité de résoudre les énigmes de la nature et de l’âme avec la pensée ordinaire. — Renforcement de la pensée par la méditation conduisant à l’expérience de l’homme second et de ses rapports avec le monde stellaire. L’homme physique et le solide; l’homme liquide et l’éthérique. — L’Inspiration et le monde astral. — La lyre d’Apollon, musique intérieure.

V. — L’amour comme force de connaissance. L’organisation du Moi de l’homme. Essence de l’éthérique et de l’astral. — Le corps éthérique comme organisme lié au temps. — Le corps astral illuminé par l’esprit. — L’amour comme force de connaissance. — La douleur initiatique. — Connaissance du Moi de l’incarnation antérieure. — L’action du Moi dans l’organisme calorique. — Des impulsions morales provenant des incarnations antérieures au travers de l’homme calorique.

VI. — Les pensées cosmiques agissantes dans l’air expiré. Le Moi agissant dans le développement calorique. L’état de sommeil. — Le contenu de la conscience inspirée apparaît comme les souvenirs de la vie du sommeil. — Le Moi et le corps astral dans la veille et le — Essence de l’Inspiration et de l’Intuition. — Retour de l’homme à sa vie prénatale et à sa vie antérieure durant le sommeil. — Métamorphose du concept du temps. — La mort. — L’essence du souvenir. — Ecoulement d’images du souvenir dans le cosmos après la mort. – Action réciproque de l’homme et du monde.

VII. — De la vie du rêve. Rapports du monde du rêve avec la réalité extérieure et intérieure. La vie du rêve: point de départ d’une considération spirituelle de l’homme et de ses rapports avec le passé et l’avenir. — Deux sortes de rêves: rêves se rapportant aux événements extérieurs, et rêves exprimant symboliquement des processus intérieurs. Les premiers expriment le rapport du Moi avec le monde extérieur, sa force ou faiblesse de volonté; dans les seconds intervient le corps astral. Cette sorte de rêve a une similitude avec la manière dont les images de l’Imagination sont expérimentées. – Rapports de l’Imagination et de la deuxième catégorie des rêves avec les organes intérieurs.

VIII. — Rapport du monde du rêve avec la connaissance imaginative. L’endettement progressif à l’égard de la vie. Le fondement du Karma. Perception imaginative. — Organisme tripartite considéré par l’Imagination. — Son rapport avec les vies terrestres passées et à venir. — Le souvenir considéré par l’Imagination. La vision rétrospective après la mort. – Les actions morales de l’homme et la conscience imaginative. — L’expérience de la culpabilité envers l’univers. – Durant l’expérience de la vision rétrospective se forme le Karma. — Dans le rêve nous faisons l’expérience inconsciente du côté spirituel de la vie de veille.

IX. — Les facultés du souvenir de l’homme. Le souvenir considéré à partir de la vie physique. — Le déroulement du souvenir après la mort, sa dissolution dans l’univers. — La plongée dans le pendant spirituel du souvenir étalé et l’expérience vécue de la valeur de la compensation douloureuse (Kamaloka) devient notre conscience spirituelle propre. — L’entrée dans le monde spirituel. — L’expérience des entités spirituelles. — L’impulsion pour compensation dans une vie terrestre nouvelle. Oeuvres de Rudolf Steiner disponibles en langue française. …

 

Télécharger (ZIP) Aperçu (PDF) Du même Auteur

 

 

   

 

 

Cette page a été consultée (2385) fois

  • Votre aide est Importante…

    Vous appréciez ce site
    et voulez le soutenir ?

    Vous pouvez contribuer en faisant un don via Paypal.

    Avec tout mon Amour... Merci !


    $ CAD
    € EUR