Auteur : Edmond Paris Genre : Mots-clés :
Année :

Un auteur du siècle dernier, Adolphe Michel, a rappelé que Voltaire évaluait à six mille environ le nombre des ouvrages publiés de son temps sur la Compagnie des Jésuites. « A quel chiffre, demandait Adolphe Michel, sommes-nous arrivés un siècle plus tard ? » Mais c’était pour conclure aussitôt : « N’importe. Tant qu’il y aura des Jésuites il faudra faire des livres contre eux. On n’a plus rien à dire de neuf sur leur compte, mais chaque jour voit arriver de nouvelles générations de lecteurs…

Ces lecteurs iront-ils chercher les livres anciens ? » La raison ainsi invoquée serait suffisante déjà pour justifier la reprise d’un sujet qui peut paraître rebattu. On ne trouve plus, en effet, en librairie, la plupart des ouvrages de fond qui retracent l’histoire de la Compagnie des Jésuites. Ce n’est guère que dans les bibliothèques publiques qu’on peut encore les consulter, ce qui les met hors de portée pour le plus grand nombre des lecteurs.

Un compendium extrait de ces ouvrages nous a donc paru nécessaire afin de renseigner succinctement le grand publie. Mais une autre raison, non moins bonne, vient s’ajouter à la première. En même temps que de « nouvelles générations de lecteurs, sont venues au jour de nouvelles générations de Jésuites. Et celles-ci poursuivent aujourd’hui la même action tenace et tortueuse qui provoqua si souvent dans le passé les réflexes de défense des peuples et des gouvernements. Les fils de Loyola demeurent de nos jours — et plus que jamais, peut-on dire — l’aile marchante de l’Eglise romaine. Aussi bien masqués que jadis, sinon mieux, ils restent les « ultramontains » par excellence, les agents discrets mais efficaces du Saint-Siège à travers le monde, les champions camouflés de sa politique, l’ « armée secrète de la papauté ».

De ce fait, on n’aura jamais tout dit sur les Jésuites et, si abondante que soit déjà la littérature qui leur a été consacrée, chaque époque sera tenue d’y ajouter encore quelques pages pour marquer la continuité de l’oeuvre occulte entamée depuis quatre siècles « pour la plus grande gloire de Dieu », c’est-à-dire, en définitive, du pape. Car, en dépit du mouvement général des idées dans le sens d’une « laïcisation » sans cesse plus complète, malgré les progrès inéluctables du rationalisme, qui réduit un peu plus chaque jour le domaine du « dogme », l’Eglise romaine ne saurait renoncer sans se renier elle-même au grand dessein, qu’elle s’est fixé dès l’origine, de rassembler sous sa houlette tous les peuples de l’univers. Cette « mission », vrai travail de Sisyphe, doit se poursuivre coûte que coûte chez les « païens » comme chez les chrétiens « séparés ». Le clergé séculier ayant particulièrement la charge de conserver les positions acquises (ce qui ne laisse pas d’être assez malaisé aujourd’hui), c’est à certains ordres réguliers qu’échoit le soin, plus malaisé encore, d’augmenter le troupeau des fidèles par la conversion des « hérétiques » et des « païens »…

 

Télécharger (ZIP)

 

 

   

 

 

Cette page a été consultée (790) fois

  • Votre aide est Importante…

    Vous appréciez ce site
    et voulez le soutenir ?

    Vous pouvez contribuer en faisant un don via Paypal.

    Avec tout mon Amour... Merci !


    $ CAD
    € EUR